Au temps de la maison des Ukrainiens à Le Cateau, dans le Nord

Au temps de la maison des Ukrainiens à Le Cateau, dans le Nord

posted in: Projets culturels | 0

Manifestation du 18 mai 2019

Si Le Cateau est connu pour son musée Matisse, pour son  riche passé textile, certains catésiens se souviennent encore de la Maison des Ukrainiens où une autre culture, une autre langue, d’autres horizons, politique et spirituel, ont co-existé entre les années 1955 et 1972. Cette présence ukrainienne s’est  délitée à partir des années 1975 : la propriété a disparu mais les mémoires s’en souviennent encore.

C’est cette mémoire que Le Portail de l’Ukraine a voulu rappeler en organisant, sous l’impulsion de Christine Kohut qui travaille sur la mémoire de l’immigration ukrainienne du Nord, avec le soutien de l’Etat et le Commissariat général à l’égalité des chances, une manifestation le 18 mai 2019.

Cette manifestation était l’aboutissement d’un travail de recherche sur l’immigration ukrainienne. Commencé il y a deux ans,  il a abouti à la création du site « ukraine-mémoire, histoire de nos parents ». La manifestation de ce 18 mai 2019, à Le Cateau, en est le deuxième volet et présentait un livre retraçant l’histoire de « LA MAISON DES UKRAINIENS DE LE CATEAU 1955-1997 ».

La Maison des Ukrainiens de Le Cateau a été acquise en 1955 : le Père Narozniak en fut l’initiateur, pensant qu’un lieu parviendrait à regrouper pour diverses activités—culturelle, politique et spirituelle—une immigration disséminée sur ce territoire du Nord. L’immigration ukrainienne arrivée au sortir de la seconde guerre mondiale, souvent fortement politisée, était désireuse non seulement de perpétuer sa langue, ses traditions, sa culture, mais désireuse également de faire connaître son pays qui, englobé dans  l’Union soviétique, était confondu avec la Russie. Ce point de vue rejoint le point de vue actuel du Portail de l’Ukraine qui veut parler de « l’Ukraine telle qu’elle est. »

La première partie de la manifestation, le Samedi 18 mai 2019, à 15h, a consisté en la présentation, à la médiathèque, du livre de « La maison des ukrainiens de Le Cateau ». Ce livre relate l’origine du projet mené par le Père Narozniak . Un lieu permettrait de rassembler les immigrants Ukrainiens,  de perpétrer la mémoire du pays natal mais permettrait avant tout la mise en place d’un travail pour faire connaître l’Ukraine dans tous ses aspects : qu’il soit historique et culturel, politique ou syndical et spirituel. Il raconte, à partir de documents, de photos, de films d’amateur les grands moments qu’a vécus cette maison. Il rappelle également qu’un monastère, de rite byzantin, de moniales bénédictines, le Monastère de l’Annonciation, fut érigé en son sein par le Pape Jean XXIII : sa spécificité était de garder et de chanter le rite de la tradition kiévienne. Les religieuses avaient un  atelier d’iconographie traditionnelle. Le livre rexpose également toutes les activités culturelles, politiques et syndicales du Foyer André Cheptytskyj. Enfin, la dernière partie recueille les souvenirs de quelques colons qui sont venus en colonie de vacances à Le Cateau. En effet, pendant une dizaine d’années « La Maison des Ukrainiens » a organisé des colonies de vacances pour les enfants d’Ukrainiens : à la fois centre de loisirs et d’apprentissage de la langue, de la culture mais aussi de la Liturgie byzantine. Que reste-t-il de cette immersion ?

Les élus locaux, Monsieur le Maire, Serge Siméon, Monsieur Modarelli, en charge de la culture, mais aussi des conseillers municipaux ont honoré de leur présence la présentation du livre. De même que Monsieur Roman Poder, ministre d’ambassade de l’ambassade d’Ukraine ainsi que Monsieur Moussa Alhem représentant officiel des Hauts de France pour le commissariat général à l’égalité des territoires. Le nombre de participants a agréablement surpris les organisateurs : il a fallu rajouter des chaises !

La manifestation s’est terminée par un concert donné en l’abbatiale Saint Martin par le chœur Saint Volodymyr Le Grand de Paris. Le public fut réellement émerveillé par la chorale, étonné par la puissance vocale du groupe et la beauté des chants liturgiques et profanes. Un « pot de l’amitié » a terminé l’après-midi.

Nous pouvons affirmer que Le Cateau et les catésiens ont apprécié que les Ukrainiens n’aient pas oublié que leur ville les avait accueillis et qu’ils leur étaient reconnaissants de cet accueil. Pendant quelques heures, la médiathèque et l’abbatiale ont vécu « à l’heure ukrainienne » et l’amitié qui perdure par-delà toutes ces années se matérialisera peut-être par une plaque-souvenir sur le lieu où se dressait cette maison.

Maroussia Denysenko